Accéder au contenu principal

Retrouvez toutes les vidéos sélectionnées en vous abonnant à notre chaîne YouTube ! (cliquez ici)

Art Contemporain, une biennale de Lyon XXX

La Biennale de Lyon qui débutera le 16 septembre 2009 est placée cette année sous le signe du X.
Un X symbole non seulement de rencontre, mais aussi porteur d'utopies et de convergences, un X qui marque bien sûr le chiffre de la dixième édition et qui est décliné dans toute la communication de la biennale.
Le début d'une nouvelle "trilogie"
D'après le fondateur des biennales, Thierry Raspail, celles-ci ont toujours été organisées sous forme de "trilogies". Si les trois premières biennales étaient consacrées à l'Histoire, les trois suivantes à la Globalisation (avec l'avènement des écrans et de l'internet), la troisième "série" qui a pris fin en 2007 s'était plus intéressée à la Temporalité.
Le nouveau commissaire, le chinois Hou Hanru (voir son curriculum vitae dans LYon-Actualités) aura donc la difficile mission d'entamer une nouvelle série et d'inscrire ainsi sa programmation dans le temps. Sa volonté sera de démontrer que l'oeuvre d'art est "non seulement un objet mais aussi un processus". L'époque que nous vivons est sans doute marquée par la transition, l'instabilité et le dynamisme, des éléments de "brouillage" qui se traduisent par un bouillonnement reflété par l'art, et que l'on retrouvera à travers les oeuvres exposées.
Intitulée "le spectacle du quotidien", la biennale de Lyon 2009 promet donc d'être destabilisante, imaginative, mais ancrée tout de même dans la réalité. "Nous vivons dans la société du spectacle et nous sommes formatés par l'idéologie consumériste" écrit Hou HanRu. Dans cette société inclusive où il n'existe plus de "Non-dehors", "l'art contemporain et la culture peuvent retrouver leur rôle social de force critique et permettre à l'imagination de faire des propositions pour un avenir meilleur".
Cette année encore, la biennale se déroulera dans des lieux éclatés, entre le Musée d'Art Contemporain de la Cité Internationale et la Sucrière dans le quartier de la Confluence, la fondation Bullukian place Bellecour et un nouveau lieu peu connu des lyonnais, les entrepôts de la rue Bichat (dans la presqu'île).

Gérée par l'association des biennales, qui la réalise en alternance avec la biennale de la danse, cette biennale est devenue au fil du temps l'un des plus grands rendez-vous européens (et peut être internationaux) de l'art contemporain. Le Directeur Régional des Affaires Culturelles Alain Lombard, qui connait bien Hou HanRu et sa profonde connaissance du milieu (il a été commissaire d'expositions à Venise, Shanghaï, au Japon, à San Francisco ou encore à New York...), indiquait lors de la présentation à la presse que grâce à une très belle opération de communication lors de la biennale de Venise, tout le milieu de l'art contemporain attend avec intérêt cette nouvelle édition lyonnaise.

Rendre les quartiers sensibles "encore plus sensibles".

Reprenant un jeu de mot de l'ex- Maire de Vaulx en Velin André Charrier, le président du Grand Lyon Gérard Collomb a rappelé que cette biennale s'inscrit dans une démarche d'éducation et mise en relation des artistes avec des publics "éloignés" de l'art contemporain. C'est ainsi que dans le cadre du projet "Veduta", plusieurs artistes invités à la biennale ont entamé une "résidence" à Vaulx en Velin, Décines, Vénissieux, et Villeurbanne. Grâce entre autres aux financements de l'Europe (Feder) et de la Région Rhône-Alpes, ils proposeront avec des habitants de ces quartiers dits "sensibles" des représentations d'oeuvres mettant en scène leur manière "d'habiter l'art contemporain". Une manière de rappeler que "la sensibilité doit être considérée comme une valeur positive".

Gilles Roman

Les artistes invités de la biennale : Adel Abdessemed, Bani Abidi, Maria Thereza Alves, Fikret Atay, Bik Van der Pol, Pedro Cabrita Reis, Sophie Dejode et Bertrand Lacombe, Jimmie Durham, Latifa Echakhch, Mounir Fatmi, Dora Garcia, Shilpa Gupta, Ha Za Vu Zu, HeHe, Olivier Herring, Takahiro Iwasaki, Kuswidananto A.K.A. Jompet, Leopold Kessler, Ian Kiaer, Lee Mingwei, Mark Lewis, Michael Lin, Lin Yilin, Liu Qingyuan, Barry McGee, Robert Milin, Carlos Motta, Wangechi Mutu, Eko Nugroho, Adrian Paci, Dan Perjovschi, Société Réaliste, Olivier Ressler, Pedro Reyes, Rigo 23, Sarkis, Katerina Sed, Sarah Sze, Tsang Kinwah, un nous, Eulalia Valldosera, Agnes Varda, Wong Hay Cheong, Huang Yongping, Xijing Men, Yang Jiechang, Yangyang group et l'Ecole du Magasin.



utiliser comme Page de Démarrage

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ardèche : la grotte Chauvet, future "porte d'entrée" en Rhône-Alpes

Cela fait déjà quinze ans, le 18 décembre 1994, que La grotte Chauvet (du nom de son "découvreur") a été mise à jour près de Vallon Pont d'Arc en Ardèche.
Ce véritable trésor archéologique, le plus grand jamais mis à jour, est tellement impressionnant qu'il a été aussitôt... fermé. Au terme d'une bataille juridique sur la propriété, un accord a été trouvé entre les spéléologues Jean-Marie Chauvet, Éliette Brunel et Christian Hillaire, la région Rhône-Alpes, le département de l'Ardèche et le Ministère de la Culture. S'il a été décidé que la grotte resterait définitivement fermée au public, un "espace de restitution" ouvrira début 2014.
Une opportunité pour le tourisme en Rhône-Alpes Dans une interview au Dauphiné, le président de Rhône-Alpes Tourisme Hervé Saulignac estime entre 250 000 et 300 000 le nombre de visiteurs qui découvriront cet espace dès la première année d'ouverture . "L'Ardèche accueille un million et demi de visiteur…

Les oeuvres de Aaron Hinojosa (un artiste hors du commun)

Né dans la ville de Oaxaca au Mexique, Aaron Hinojosa a fait tous les (petits) boulots avant que son travail soit reconnu... Installé aujourd'hui à Lyon, il exposera à l' Opéra du 8 au 18 octobre 2008 (voir article de LYon-Actualités.fr).



La suite des photos ici-

Touche pas au grisbi, salope !

Le cinéma français a son propre langage, qui compte un vocabulaire riche et coloré. Quelques néologismes, mais beaucoup d'expressions argotiques reprises par les meilleurs dialoguistes et immortalisées par les plus grands acteurs. Même s'ils ont des origines faubouriennes ou littéraires, des mots comme « rififi », « morfalou », « ripou » ou « grisbi » sont difficiles à dissocier des films qui les ont popularisés.  " Touche pas au grisbi, salope ! " recense près de 150 mots d'argot ou d'esprit, aphorismes, néologismes et expressions fleuries... dont il donne le sens, l'origine et le contexte cinématographique (films, acteurs, etc.). Anecdotes amusantes ou historiques, répliques, ainsi que affiches et photos de films, accompagnent le propos de l’auteur.  Un livre léger, informatif et un peu grossier, forcément ! . ------------------------

Le film "La marche" : la polémique et les premières images du film de Nabil Ben Yadir

Tourné en partie à Lyon et basé sur une histoire vraie, "la Marche" sortira bientôt sur les écrans et bénéficie d'un intérêt médiatique certain, lié au 30ème anniversaire de "la marche des beurs"...
Réalisé parNabil Ben Yadir, à qui l'on doit la comédie Les Barons (2010),La Marche revient sur l'histoire de la"Marche pacifique pour l’égalité et contre le racisme" de plus de 1000 km entre Marseille, Vénissieux (Les Minguettes) et Paris, qui s'est déroulé  en 1983. Les principaux acteurs sont Charlotte Le Bon, Jamel Debbouze, Olivier Gourmet ou encore Hafsia HerziMarche La polémique sur la "commémoration" : Acte de désobéissance ou refus de la récupération ? 
Toumi Djaidjaétait l'un des leaders de cette marche historique : trente après, il vient de refuser de recevoir à Vénissieux le Ministre de la Ville, François Lamy, qui souhaitait déposer une plaque commémorative. Il s'en explique dans un communiqué dont voici des extrait…

Les oeuvres de Aaron Hinojosa (suite)

D' autres images des oeuvres de Aaron Hinojosa. Une exposition à l'Opéra de Lyon dans le cadre du Festival "Bellas latinas" (octobre 2008)









D' autres images ici-
Voir aussi le site de Aaron Hinojosa ici-




Dialogues en Humanité, la liste des invités 2011

Comme chaque année au début de l'été, "les dialogues en Humanité" réunissent au Parc de la Tête d'Or de Lyon des enfants, des adultes, parents, artistes, militants associatifs, chefs d’entreprises... Tous les "citoyens du monde"   sans exception sont bienvenus pour participer à cet évènement gratuit et sans inscription. Les 1er, 2 et 3 juillet 2011, de 11h à 22h, entre la fameuse "Porte des Enfants du Rhône" et la Roseraie, dans l’herbe, sous les arbres... les "palabres" s'organisent comme un hommage à l’Afrique, berceau de l’humanité. En cas d’intempéries, les rencontres peuvent être déplacées au Palais des Congrès tout proche (Cité Internationale).
Les Dialogues en humanité sont nés en 2002, lors du Sommet Mondial de Johannesburg.  Ils sont le fruit de la rencontre entre Gérard Collomb, sénateur-maire de Lyon et Président du Grand Lyon ; Patrick Viveret, philosophe, auteur de« Pourquoi ça ne va pas plus mal »et conseiller-maître à la …

Actuellement sur LYFtvNews :