Affichage des articles dont le libellé est patrimoine. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est patrimoine. Afficher tous les articles

"Novembre des Canuts" de la nécessité de se loger au rêve d'habiter à la Croix Rousse !

jeudi 7 novembre 2013

"À la Croix-Rousse, on aime se déclarer croix-roussien de souche. Et depuis plusieurs générations si possible !" Souvent exagérées, ces affirmations témoignent de l’attachement des habitants à leur quartier. Nombreux sont ceux qui rêveraient d’y habiter : avec leurs hautes fenêtres, leurs mezzanines et leurs plafonds à la française, les appartements- canuts possèdent un cachet exceptionnel. L’environnement est lui aussi très attractif, caractérisé par la convivialité et de nombreux services de proximité. Synonyme d’un style de vie bohème, avec un esprit de village en pleine ville, le quartier véhicule une image aujourd’hui bien éloignée du faubourg laborieux et parfois insalubre du 19ème siècle. 
Les logements, si prisés de nos jours, étaient à cette époque non pas conçus pour le confort de leurs occupants, mais aménagés pour accueillir les volumineux métiers à tisser. L’architecture novatrice de ces immeubles était la conséquence directe des avancées technologiques de l’industrie de la soie : la mécanique Jacquard n’exigeait pas moins de quatre mètres sous plafond ! Chaque bâtiment était en réalité une véritable petite usine en étages, à l’inverse des constructions industrielles habituelles. 

L’espace réservé à la vie privée était alors extrêmement réduit. 
Désormais dédié à la seule fonction d’habitation, ce bâti reste l’un des rares témoins en France d’habitat ouvrier du 19ème siècle. En notre compagnie, vous pourrez exceptionnellement pousser les portes des immeubles et vous laisser entraîner là où les visites habituelles ne vous conduisent pas. Des guides atypiques vous permettront de découvrir des coins de paradis inattendus dans les cours intérieures, de décoder les curiosités de cette architecture unique et de rencontrer ceux qui en ont fait leur cadre de vie quotidien. Si les immeubles-ateliers représentaient une innovation au 19ème siècle et répondaient à des impératifs économiques, les expériences qui voient le jour actuellement en terme d’habitat sont davantage tournées vers la recherche du lien social : concilier propriété privée et vivre-ensemble apparaît comme le défi confié aujourd’hui aux urbanistes et architectes, loin devant les problématiques des deux siècles précédents. 

La Compagnie du Chien Jaune et Robert Luc proposent : 

DU 18 AU 30 NOVEMBRE 
Exposition >Tous les jours sauf le dimanche de 10h à 18h30 Maison des Canuts, 12 rue d’Ivry, 69004 Lyon Cette exposition rassemble des documents d’archives illustrant l’urbanisation spécifique de la Croix-Rousse, qui répondait aux impératifs de l’industrie de la soie : d’où proviennent les matériaux qui ont été utilisés pour bâtir les immeubles ? Comment s’organise l’intérieur des immeubles, qui habite à quel étage et pour quelle activité ?

MARDI 19 NOVEMBRE
Exposition >De 16h30 à 18h30 Ecole Aveyron, 2 bis rue Vaucanson, 69001 Lyon Par les classes de CE1, CM1 et CM2 de Mmes Cusset et Perrier, MM. Bert et Carron A peine leurs cahiers ouverts, les élèves qui occupent aujourd’hui les bancs de l’école Aveyron se lancent à la recherche de l’histoire de leur quartier : en suivant la piste des indices cachés dans leur environnement quotidien (dans leur classe, à la maison…), les enfants reconstituent le passé de leur école, qui fut la première école publique de Lyon créée avant les lois Jules Ferry. Qu’apprenaient les écoliers à l’époque de la Grande Fabrique et comment se déroulait pour eux une journée de classe ? Lancement de la 6ème édition de Novembre des Canuts Sur invitation 
 EXPOSITION Spectacle - création partagée >19h30 Restos du Coeur, 19 bis rue Dumont d’Urville, 69004 Lyon Avec des bénéficiaires et des bénévoles volontaires des Restos du Coeur et le comédien Gilles Fisseau. Ecriture et mise en scène : Valérie Zipper Cette mosaïque de témoignages ouvre la porte des imaginaires pour dessiner une « utopie habitante », malgré les difficultés : l’accès et les conditions de logement, les obstacles, les solutions, les possibles, les rêves, le système D, le logement idéal, le bâti mais aussi les relations de voisinage, l’attachement à une ville ou un quartier, la solidarité, la façon dont l’installation dans un lieu de vie forge l’identité, le déracinement et ses conséquences... Les récits de vie, où l’émotion est à fleur de peau, sont transposés dans un univers poétique où habiter signifie également « faire société ».

MERCREDI 20 NOVEMBRE
L’histoire de l’église Saint Denis >18h30 Eglise Saint Denis, 4 rue Hénon, 69004 Lyon Conférence du Père Max Bobichon, ancien curé de l’église Saint Denis Présente depuis le 17ème siècle sur le terrain portant une croix de couleur rousse, l’église Saint-Denis fait intimement partie de l’histoire de la commune indépendante, puis du quartier. N’est-elle pas à l’origine de la Vogue des marrons et du vin blanc doux ? Eglise des canuts, elle fut témoin des grandes journées de révoltes et d’espérance. Il fallait bien le talent et l’érudition de Max Bobichon pour ouvrir le grand livre de l’histoire de Saint-Denis

VENDREDI 22 NOVEMBRE
La Maison Brunet et le mystère de ses 365 fenetres >18h Petit théâtre des Musées Gadagne 1 place du Petit Collège, 69005 Lyon ^ 

Conférence de Gérard Truchet, Président de la République des Canuts 
Elle domine majestueusement les rives de la Saône, intrigue les Lyonnais et les touristes. Mais que savons-nous vraiment d'elle et de Claude Brunet, qui l'a conçue ? Venez donc satisfaire votre curiosité car cet immeuble d’exception nous révèle enfin son étrange histoire. 

SAMEDI 23 NOVEMBRE 
Explorations urbaines : les immeubles remarquables du Clos Perrin (Place Bertone) >11h et 14h (durée 1 heure environ) Rendez-vous place Bertone, 69004 Lyon Renseignements et réservation, Maison des Canuts : 04 78 28 62 04. Avec les comédiens de la Compagnie du Chien Jaune Témoins du passé ouvrier de la Croix Rousse, ces immeubles dits « canuts », sont également chargés de l'histoire de ceux qui les ont construits et /ou habités. Au cours de ces visites insolites vous serez guidés par des habitants qui partageront avec vous les trésors méconnus de leurs immeubles. Et puis, au détour d'un palier, dans l'entrebâillement d'une porte, des tranches de vie réelles ou imaginées d'habitants disparus vous seront dévoilées. Gros plan sur le Clos Perrot >10h-12h et 14h-16h Salle du Conseil de la Mairie du 4ème arrondissement 133 bd de la Croix-Rousse 69004 Lyon En partenariat avec l’association One Upon a Team et le Conseil de quartier Centre Situé à proximité de la Mairie du 4ème arrondissement, le clos Perrot conserve de nombreuses traces de son passé. Les étudiants du Master professionnel patrimoine architectural et urbain (Université Lyon 2), qui se sont attachés au cours de l’année universitaire 2012-2013 à débusquer et analyser ces témoignages, vous feront partager leurs découvertes : pour vous ils feront parler les pierres de ces immeubles qui constituent notre cadre de vie quotidien. 

VISITE SPECTACLE Théâtre de Guignol - Le déménagement >18h Place Tabareau – 69004 Lyon Pièce de Laurent Mourguet, par la Compagnie Daniel Strèble “Guignol un Gone de Lyon”. En partenariat avec la République des Canuts Guignol est parti rendre sa pièce de soie à son fabricant, hélas celuici ne lui payera pas le tarif attendu et pour cause : en cours de route un incident s'est produit ! De son côté, Madelon attend impatiente l'argent qui doit lui permettre d'acheter quelques victuailles, alors comment va-t-elle accueillir Guignol ? De plus, Monsieur Canezou, le propriétaire de Guignol ne cesse de venir lui réclamer le montant de ses loyers. Mais cette fois-ci il est bien décidé à lui faire vendre son mobilier pour rentrer enfin dans ses dûs. Guignol arrivera-t-il à se tirer d'affaire ? Vous le saurez en venant découvrir ou redécouvir un extrait de la célèbre pièce créée en 1808 dont les circonstances sont, hélas, toujours d'actualité. 

DIMANCHE 24 NOVEMBRE 
Explorations urbaines : les immeubles remarquables du Clos Rey-Bonafous (rues Célu et Lebrun) >10h et 12h (durée 1 heure environ) Rendez-vous place Saint Jacques, 69004 Lyon (angle des rues Célu et Godart) Voir samedi 23. Habitat coopératif, partagé, intergénérationnel : des solutions économiques et sociales pour se loger de nos jours ? >15h Salle du Conseil de la Mairie du 4ème arrondissement 133 bd de la Croix-Rousse 69004 Lyon Table ronde animée par Bernard Devert, fondateur et Président d’Habitat et Humanisme De l’obligation à l’époque industrielle de se loger sur ou à proximité de VISITE TABLE RONDE SPECTACLE SPECTACLE son lieu de travail au choix aujourd’hui d’habitats innovants et alternatifs, les conditions de logement ont bien changé, y compris pour les classes modestes. Quelles sont les évolutions et les perspectives ? S’agit-il de nouvelles utopies ou de réelles innovations sociales ? Nous vous invitons à venir discuter du fonctionnement et de l’avenir de ces initiatives avec ceux qui en sont les acteurs et militent pour un meilleur vivre – ensemble. 

LUNDI 25 NOVEMBRE 
« J’habite à la Croix-Rousse, dans le quartier Pernon » >De 18h30 à 20h30 – Soirée-rencontre Centre social Pernon, 27 rue Pernon, 69004 Lyon Quelle est l’origine de cette partie ouest du plateau croixroussien, comment y vit-on et quels sont ses liens avec sa partie – soeur, à l’est ? La Grande Rue de la Croix-Rousse marque-t-elle toujours une frontière ? Aux côtés du Centre social Pernon, nous vous invitons à venir rencontrer les anciens et les nouveaux habitants de ce quartier qui a connu d’importants bouleversements urbains. MARDI 26 NOVEMBRE Les cités ouvrières # 1 : les initiatives des travailleurs >19h Salle du Conseil de la Mairie du 4ème arrondissement 133 bd de la Croix-Rousse 69004 Lyon Conférence de Guy Ongaro, membre d’honneur des Castors Rhône-Alpes Après la Seconde Guerre Mondiale, en pleine reconstruction, les matériaux sont rares et coûteux, et la main d’oeuvre insuffisante. Les familles ouvrières, qui peinent à se loger, se regroupent alors et autoconstruisent leur maison, sur le principe de l’apport-travail. Fort de plus de 30 ans d’expérience au sein des Castors, Guy Ongaro viendra vous transmettre son enthousiasme pour cet habitat singulier. 

MERCREDI 27 NOVEMBRE 
La place du logement dans les revendications sociales >17h30 – Visite de l’appartement idéal des années 1930 Musée urbain Tony Garnier, 4 Rue des Serpollières, 69008 Lyon Inscriptions au 06 87 88 86 91 Ensoleillés, spacieux, avec wc intérieurs et eau sur l'évier, les appartements de la cité des Etats Unis représentaient dans les années 1930 l’idéal du confort moderne pour les classes populaires. Fils d’ouvriers en soie de la Croix-Rousse, proche des idées fouriéristes, l’architecte-urbaniste Tony Garnier avait imaginé ces logements comme composants d’une Cité Industrielle dans laquelle, pour la première fois, le logement devait répondre à des critères sociaux autant qu’architecturaux. Cette visite vous plongera près de 80 ans en arrière, dans le mode de vie du premier ensemble HBM (Habitations Bon Marché, actuels HLM) de France. >19h – Conférence Salle du Conseil et des Mariages de la Mairie du 8ème arrondissement, 12 avenue Jean Mermoz,􀀀69008 Lyon Conférence de Roger Gay, Secrétaire général de l’Institut régional CGT d’histoire sociale Rhône-Alpes La problématique du logement a jalonné l’histoire du mouvement ouvrier et social car elle est associée aux questions des moyens financiers des travailleurs, de dignité, de santé, de salubrité et d’hygiène, de la vie familiale et aussi de la solidarité. Depuis les canuts on retrouve ce sujet dans l’expression des revendications sociales. Cette conférence propose d’évoquer ces aspects, les différentes évolutions, mais aussi les tentatives de certains patrons du 19ème et du début du 20ème siècles de détourner cette question et les réponses qu’apportaient les organisations de travailleurs pour s’y opposer. 

 JEUDI 28 NOVEMBRE 
Les cités ouvrières # 2 : les initiatives patronales et l’exemple de la TASE >17h30 – Visite commentée du site 19h – Conférence de Jean-Paul Dumontier Maison du Carré de soie, 3 Avenue des Canuts, 69120 Vaulx-en-Velin Au cours de la révolution industrielle, certains grands patrons ont installé de vastes ensembles de logements à proximité de leur usine. Ces cités comprenaient tous les services et équipements collectifs nécessaires. Les logements étaient modernes et offraient aux ouvriers une amélioration conséquente de leur qualité de vie, même si la philanthropie n’était pas la seule motivation des capitaines d’industrie. L’agglomération lyonnaise compte plusieurs cités sur ce modèle, dont celle de la TASE. Nous vous dévoilerons cet autre visage de l’habitat des ouvriers du tissage. 

VENDREDI 29 NOVEMBRE 
Habiter l’utopie >19h CEDRATS – M-M Derion, 27 Montée Saint Sébastien, 69001 Lyon Conférence de Chantal Guet-Guillaume, Professeur de philosophie en Franche-Comté et auteure de l’ouvrage « Fourier ou la pensée en contre-marche » Habiter l'utopie, c'est dire que l'habitat est censé, dans les projets utopistes du 19ème siècle, produire de nouvelles relations sociales. Ces habitats unitaires, nous le verrons, ont leurs vertus mais aussi leurs limites et leurs dérives possibles : trop de transparence, surveillance généralisée... Nous envisagerons les points communs comme les divergences entre le modèle théorique du phalanstère de Fourier et le modèle appliqué du familistère. Cet habitat utopiste, dans tous les cas, fait alliance avec une pensée sociale radicale et plaide pour un habitat digne pour tous. 

SAMEDI 30 NOVEMBRE
 La vie quotidienne des canuts au 19ème siècle >11h Bibliothèque du 1er arrondissement, 7 rue Saint Polycarpe, 69001 Lyon Conférence de Robert Luc, conteur de rues, écrivain, Secrétaire de Tourisme Croix-Rousse et cofondateur de Novembre des Canuts La Croix-Rousse est, dans la première partie du 19ème siècle, un formidable terrain où naissent des idées sociales qui vont bouleverser les rapports humains et faire naître de grands espoirs pour les ouvriers. C’est aussi une vie quotidienne dans un quartier où l’on naît, où l’on se marie, où l’on décède. Un quartier avec ses lieux de rencontre, ses faits divers, ses rues. Un quartier avec ses personnages dont certains sont entrés dans la grande Histoire. Cette conférence a pour objectif d’évoquer la vie quotidienne de ces Croix-Roussiens… pas si éloignés de nous ! Explorations urbaines : les immeubles remarquables du Clos Dumenge (rue Dumenge) >11h et 14h (durée 1 heure environ) Rendez-vous à la Maison des Canuts, 12 rue d’Ivry, 69004 Lyon Voir samedi 23. La colline de la Croix-Rousse : histoire et géographie urbaines >16h Salle du Conseil de la Mairie du 4ème arrondissement 133 bd de la Croix-Rousse 69004 Lyon Conférence de Josette Barre, Professeur honoraire des universités (Jean-Moulin – Lyon 3) Afin de comprendre le paysage et le bâti actuels de la colline de la Croix- Rousse, il convient de retracer les principales étapes de son occupation. Jusqu’à la Révolution, elle a connu une utilisation réduite et clairsemée. Ensuite, et principalement durant la première moitié du 19ème siècle, les immeubles typiques liés à l’essor de la soierie sont érigés à grande vitesse, mais principalement dans sa partie orientale. La zone occidentale devra attendre longtemps la densification de son habitat.

DIMANCHE 1ER DÉCEMBRE
12h30 Temps de convivialité – Sur invitation. Collectif La Machine, 7 rue Justin Godart, 69004 Lyon


Lire la suite - "Novembre des Canuts" de la nécessité de se loger au rêve d'habiter à la Croix Rousse !

Tourisme en famille : le retour du train à vapeur de l'Ardèche

mardi 30 avril 2013

train+ardèche
Le département de l'Ardèche annonce la réouverture de la ligne historique du Train à vapeur, un monument historique qui sera inauguré le 2 juillet 2013. 
 Après 6 années de longue attente pour les amoureux des trains à vapeur et des pay­sages somptueux, le Train de l'Ardèche va enfin reprendre du service. Véritable patri­moine historique et culturel, ce train touristique - qui aspire à devenir dès cet été un des plus empruntés de France - va à nouveau parcourir la voie à flanc de montagne surplombant les spectaculaires Gorges du Doux, joyau de l'Ardèche Verte. 

Les passa­gers auront le plaisir et la chance d'embarquer dans des locomotives et des voitures pour la plupart classées monuments historiques. Une expérience inoubliable dans un décor sensationnel ! 
 Un voyage en train à vapeur d'époque est en soi une aven­ture exceptionnelle : voitures ta­pissées de bois, son de la loco­motive qui ébroue sa mécanique centenaire, panache de fumée qui ponctue le parcours, coups de sifflet qui se répercutent sur le fond des gorges, effluves de charbon qui plongent le passa­ger dans un autre siècle, autant d'émotions qui raviront petits et grands passagers d'un jour. Mais la force de cette ligne réside dans l'alliance unique d'un voyage dans le temps à bord d'un train de collection et de la découverte du décor spectaculaire offert par l'Ardèche Verte.

Une ligne creusée à flanc de montagne
 Le Train de l'Ardèche empruntera une ligne creusée à flanc de montagne il y a plus d'un siècle à la force des bras de plus de mille ouvriers qui ont mis plusieurs années à tracer ce parcours incroyable surplombant les Gorges du Doux. Vues magnifiques et ouvrages d'art se suc­cèderont sur le parcours du Train de l'Ardèche, pour des passagers qui vivront dès l'été 2013 une expérience unique immédiatement cataloguée comme un souvenir impérissable. Réservations en ligne disponible dès le 20 mai 2013 sur www.trainardeche.fr. 
G.R.
(redaction@LYonenFrance.com)
Lire la suite - Tourisme en famille : le retour du train à vapeur de l'Ardèche

Un bilan très positif pour les Journées du Patrimoine

mercredi 26 septembre 2012

La bibliothèque de l'ancien
 Palais de Justice
@LYon-Photos.fr -
Organisées à l’initiative du ministère de la Culture et de la Communication, et mises en œuvre en Rhône-Alpes par la Direction régionale des affaires culturelles, les 29èmes journées européennes du patrimoine ont encore une fois emporté un vif succès. 1
Deux millions de visiteurs se sont déplacés dans toute la France pour découvrir ou redécouvrir les "patrimoines cachés" (la thématique de l'année 2012), dont 2100 lieux participants pour la seule région Rhône-Alpes. À l’image des éditions précédentes, figuraient des sites évidemment incontournables, mais aussi des nouveautés ou des ouvertures exceptionnelles. En réponse à la thématique de cette année, des lieux tenus secrets, des sites enfouis ou en hauteur ont été mis à l’honneur.
- Chantier du musée des Confluences (préfiguration du futur musée) (Lyon - Rhône) : 6 500 visiteurs 
- Prison Saint-Paul (première participation) (Lyon – Rhône) : 6 000 visiteurs 
- Musée Stendhal (inauguration du nouveau musée) (Grenoble - Isère) : 5 550 visiteurs 
- Établissements Clément Faugier (première participation) (Privas – Ardèche) : 650 visiteurs 
Parmi  les sites incontournables; l' Hôtel de ville (Lyon - Rhône) : 14 000 visiteurs, les Musées Gadagne (Lyon – Rhône) : 8 500 visiteurs, le Château des Ducs (Chambéry - Savoie) : 5 860 visiteurs, le Monastère royal de Brou (Bourg-en-Bresse – Ain) : 4 100 visiteurs 
et aussi
 - Musée traditions et vie (Châtillon-sur-Chalaronne – Ain) : 1478 visiteurs 
- Château de Voltaire (Fernay-Voltaire – Ain) : 1 211 visiteurs 
- Château (Montrond-les-Bains – Loire) : 936 visiteurs 
- Chapelle du lycée Lalande (Bourg-en-Bresse – Ain) : 933 visiteurs 
- Maison d’Izieu (Izieu – Ain) : 718 visiteurs 
- Abbaye d’Aulps (Saint-Jean-d’Aulps – Haute-Savoie) : 598 visiteurs 

Les patrimoines cachés... 
- Technicentre SNCF (Lyon – Rhône) : 4 440 visiteurs 
- Trésors cachés du musée des tissus et des arts décoratifs (Lyon – Rhône) : 1 400 visiteurs 
- Site archéologique (Alba-la-Romaine – Ardèche) : 500 visiteurs 
- Égouts historiques de Chambéry (Chambéry – Savoie) : 170 visiteurs

 La DRAC Rhône-Alpes remercie tous les participants, publics comme privés, les collectivités, les entreprises, les structures culturelles, les associations, les particuliers, pour leur implication dans cet événement, désormais ancré dans le calendrier de tous. L’action continue de la Direction régionale des affaires culturelles pour les patrimoines, alliée à la forte mobilisation de tous ces acteurs locaux, font de Rhône-Alpes la première région de France en termes de participants à ces Journées européennes.
------------------------
Lire la suite - Un bilan très positif pour les Journées du Patrimoine

Patrimoine : les transports indissociables du développement des industries du Grand Lyon

vendredi 16 septembre 2011

usines TASE Vaulx en Velin
Les usines TASE à Vaulx en Velin
accueillent la Biennale d'Art Contemporain
Photo @LYonenFrance -
Comme chaque année, les Journées européennes du Patrimoine donnent l'occasion de redécouvrir des lieux historiques ou culturels qui ont fait l'Histoire du Grand Lyon. Consacrées en 2011 au thème des transports, les journées sont organisées les 17 et 18 septembre. 
Dans le Grand Lyon, les infrastructures des transports ont évidemment évolué au fil du développement économique, mais elles se sont aussi organisées en fonction des contraintes naturelles : gestion des inondations liées aux débordements de la Saône et du Rhône, nécessité de transporter les ouvriers depuis leurs lieux de résidences vers les grandes entreprises qui se sont souvent construites sur les bords du Rhône. Organisation géographique de part et d'autre des fleuves...
Carré de Soie
Désormais "noeud de transport" entre tramways, métros et canal,
le "Carré de Soie" de Vaulx en Velin attire les investisseurs 
Le Grand Lyon propose donc pour ces journées des visites thématiques  avec un focus sur les liens entre le patrimoine industriel et les moyens de déplacements. Ceux-ci se sont organisés au fil des siècles d'abord sur l'eau (les Suisses amenaient leur gruyère par barque sur le Rhône !),  par la terre et bien sûr à partir du XIXème siècle, par les voies ferrées, très présentes dans l'Est lyonnais.
Le vingtième siècle a vu le développement de l'aérospatiale, et là encore la région lyonnaise a été très présente, par le développement des aéroports commerciaux et de petits aéroports d'affaires (à Bron, la Doua...). 
De la fameuse "Couzonnaire", cette barque très ancienne qui vient d'être restaurée et installée par Lyon Parc Auto dans le parking de la Fosse aux Ours (lire ici) au "Tacot", le petit train à vapeur de l'Est lyonnais qui reliait Lyon à St-Pierre de Chandieu en passant par Mions et Toussieu, des vestiges existent encore dans le Grand Lyon et expliquent l'organisation du territoire. 

José Berenguer
José Berenguer a obtenu avec 
son association le classement d'une
partie des usines TASE

L'ouverture au public des usines TASE de Vaulx en Velin
Après de longues années de bataille, l'association de défense des usines TASE vient d'obtenir le classement au patrimoine de ce que José Berenguer, son Président, appelle joliment "la peau de l'entreprise". Cette immense friche industrielle, qui se retrouve depuis les dernières opérations du Grand Lyon, au centre d'un noeud de transports (métro, tramway, Rhônexpress) est située dans le quartier du Carré de Soie à Vaulx en Velin. Elle attire bien sûr les appétits des promoteurs immobiliers, mais les habitants et les descendants des milliers d'ouvriers - de toutes origines - qui ont travaillé dans cette usine au siècle dernier, désiraient garder la mémoire de l'industrie. C'est donc chose faite depuis le classement par le Ministère de la Culture de la façade.  Reste à trouver une activité pour la reconversion de l'intérieur de l'usine. Elle accueille cette année pour la première fois une part importante de la Biennale d'Art Contemporain.
La "peau" classée des usines TASE

Gilles Roman
(redaction@LYonenFrance.com)

Le programme des Journées européennes du Patrimoine du Grand Lyon est sur internet à l'adresse http://www.grandlyon.com/jep.


----------------------------
Lire la suite - Patrimoine : les transports indissociables du développement des industries du Grand Lyon

Retour en images sur le Carnaval de St-Georges

dimanche 27 mars 2011

Escargot fast
Tous les ans, le carnaval des dragons de St-Georges marque l'arrivée du printemps et apporte un peu de poésie et de légèreté dans la vie quotidienne de ce quartier du vieux Lyon. Cette fête a ses rites, ses pics, sa parade... et même son feu d'artifice (voir la vidéo sur LYFtv.com et les photos sur LYon-Photos.fr)

Carnaval de St-Georges

Place de la Trinité

Velov'
Lire la suite - Retour en images sur le Carnaval de St-Georges

La journée du Patrimoine 2009 à Lyon

samedi 19 septembre 2009

Moins de 6 mois après son inauguration, le Technicentre de maintenance des TGV de Lyon fait déjà partie du patrimoine et a ouvert ses portes, le temps des journées du patrimoine, au grand public.
A cette occasion, les visiteurs ont pu découvrir les coulisses de la grande vitesse et les métiers « cachés » de la SNCF au service de TGV.
Au programme, 1 kilomètre de circuit au gré des ateliers, à la découverte d’installations alliant performance et respect de l’environnement. Le tout dans une ambiance conviviale, propice à de nombreux échanges avec les spécialistes SNCF.
Des activités étaient proposées pour tous les visiteurs, quel que soit leur âge : visite des cabines de conduite, quizz animé, ou concours de dessin pour les plus jeunes, sont autant de divertissements possibles !

Une visite du ministre de la Culture
Le nouveau ministre de la culture Frédéric Mitterrand a aussi annoncé sa visite à Lyon pour la journée du dimanche 20 septembre 2009. Après un passage par les Subsistances et le Grenier d'abondance, 6 quai Saint-Vincent, où se trouvent les bureaux de la direction régionale des affaires culturelles, il a prévu de participer au forum Libération à l'Opéra puis de visiter le musée des tissus et arts décoratifs rue de la Charité dans le deuxième arrondissement.
A 15h45, le ministre doit se rendre sur le site du plateau de la Duchère pour une présentation de la fresque réalisée par la cité de la création.
Tout le programme des journéesdu patrimoine du Grand Lyon est en ligne sur internet ici -

cliquez ici
utiliser comme Page de Démarrage
Lire la suite - La journée du Patrimoine 2009 à Lyon

Tourisme : le Grand Lyon se visite en groupe !

mardi 8 septembre 2009

La communauté urbaine du Grand Lyon propose désormais une forme de tourisme originale. A l'occasion de l'anniversaire de l'institution (40 ans), l’Office du Tourisme propose les concept original des "Balades du Grand Lyon" sur le thème de la mémoire patrimoniale aux grands projets, en suivant l’évolution urbaine de l’agglomération.

Neuf balades sont organisées les dimanches 11 octobre, 8 novembre et 13 décembre 2009 ; elles offrent l'occasion unique de découvrir les richesses de l'ex-Courly (Communauté Urbaine de LYon) qui regroupe aujourd'hui 57 communes. Villeurbanne et la poursuite des Gratte-ciel, Vaulx-en-Velin le centre ville ou le quartier du Carré de Soie, St Priest à l'heure verte, Vénissieux en tramway, Francheville et le Fort du Bruissin, Givors : l’articulation entre le fleuve, la ville et le parc du Pilat, Neuville, ou encore le Pôle Hospitalier de l’Est Lyonnais, tout est prétexte à découverte pour les habitants désireux de mieux connaître leur patrimoine ou pour les touristes occasionels !
Informations et réservations à l’Office du Tourisme du Grand Lyon
Place Bellecour- 69002 LYON - Ouvert 7j/7 de 9h à 18h

cliquez ici
utiliser comme Page de Démarrage
Lire la suite - Tourisme : le Grand Lyon se visite en groupe !

 
 

Tourisme, voyages au départ de Lyon

 

LYFtv-Loisirs