Affichage des articles dont le libellé est biennales. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est biennales. Afficher tous les articles

La 12ème Biennale d'Art Contemporain de Lyon débutera le 12 septembre 2013

samedi 6 avril 2013

biennale +lyon+2013+art+contemporain
Biennales, la règle du jeu, par le Directeur artistique, Thierry Raspail :
" Depuis sa création en 1991, je propose aux commissaires que j’invite de réfléchir à un mot clé. Celui-ci vaut pour trois éditions successives. Puisé dans l’actualité immédiate, à l’usage fréquent et aux amplitudes sémantiques incertaines, ce mot appelle une interprétation artistique autant que sociétale. Il y eut d’abord Histoire en 1991, puis Global en 1997, Temporalité en 2003 et enfin de 2009 à 2013 : Transmission
Au mot Transmission que je soumets à Gunnar B. Kvaran, celui-ci me répond de façon littérale par Récit. Le terme n’est pas plus un sujet qu’un titre. Il est simplement le point de départ d’un dialogue à partir duquel nous construisons trois plateformes : d’abord, une Exposition, car, quel que soit le mode d’association des oeuvres, leur lieu, leur choix ou leur absence, il s’agit bien de concevoir une exposition. Ensuite, Veduta, laboratoire de création et d’expérimentation visuelles dans lequel des artistes en résidence, la collection du Musée d’Art Contemporain de Lyon, des oeuvres de l’expo et des amateurs de tous âges et de toute appartenance sociale construisent un nouveau rapport visuel au monde. Enfin, Résonance, vaste polyphonie créative dans laquelle des collectifs d’artistes, des jeunes galeries, des néo institutions ou tout simplement des aventuriers de la forme, dessinent en contrepoint de l’expo un hommage à l’irrationnel, au pluriel et au seul temps qui vaille : le présent car c’est le seul dépourvu de durée.

Récit 
Pour Gunnar B. Kvaran, poser récit à côté de transmission c’est par conséquent énoncer l’évidence de ce qui se passe (« Le réel est ce qui se passe » dit le philosophe). Au néomodernisme qui emplit nos murs et les patine d’une douce nostalgie, Gunnar B. Kvaran oppose une nouvelle attention à la forme. Car c’est une forme inédite de pensée. Et la forme de cette pensée est probablement ce qui dit le plus. Les histoires peuvent être bonnes, mais ce qui les distingue au bout du compte on le sait, c’est la pertinence de leur forme, car c’est elle qui crée le sens en formant le récit. Le Petit Prince a dit : « Raconte moi une histoire », et le poète l’a dessinée. 
----------------------
Voir aussi Gunnar B. Kvaran sur LYon-Photos.fr
Lire la suite - La 12ème Biennale d'Art Contemporain de Lyon débutera le 12 septembre 2013

BAC 2011 à Lyon : "Les enfants terribles", une expo. collective sur Le Plateau

mercredi 14 septembre 2011

Du 15 septembre au 31 décembre 2011, l'espace d'exposition du nouvel Hôtel de la Région Rhône-Alpes, à la Confluence, accueille  "LES ENFANTS TERRIBLES", une installation consacrée au Lowbrow et au Pop surréalisme, deux mouvements artistiques issus des Etats-Unis et qui jouissent aujourd’hui d’une reconnaissance et de réseaux planétaires.

LES ENFANTS TERRIBLES est l’un des 10 événements Focus de la Biennale d’Art Contemporain de Lyon. Cette exposition, inédite en Europe, rassemble près de 120 oeuvres de 13 artistes venus de quatre continents : Todd Schorr (USA) – Caia Koopman (USA) – Odö (France) – Reg Mombassa (Australie) – Jeff Soto (USA) – Nicolas Thomas (France) – Naoto Hattori (Japon) – Victor Castillo (Chili) – Ray Caesar (UK – Canada) – Robert Crumb (USA) – Robert Williams (USA) – Joe Sorren et Jud Bergeron (USA).

Tatouages, BD et cartoon's culture..
Puisant leurs inspirations dans la BD, les cartoons, la « custom culture » et plus récemment dans l’univers du tatouage, du skate, du snowboard et des musiques alternatives, « ces artistes nous confrontent à nos propres références grâce à des supports inattendus comme les pochettes de disque, les affiches de concert, les planches de skateboard et certaines marques de vêtements de sport. » rappelle Jérôme CATZ, Commissaire de l’exposition et fondateur de Spacejunk.

Robert Crumb, Robert Williams, Ed Roth, Jean-Michel Basquiat ou Keith Haring sont autant de pères de ces mouvements, autant d’artistes reconnus qui s’inscrivent dans une forme exigeante et populaire de l’art contemporain, à laquelle les jeunes générations sont particulièrement sensibles.
Si le Pop surréalisme a ses maîtres incontestés avec Mark RYDEN, Ray CAESAR et Todd SCHORR, qui témoignent d’une maîtrise technique picturale des plus élevées, le Lowbrow reste fidèle à la ligne pure, au crayonné, au dessin « sur le coin de la nappe » ou dans le cahier d’école. La jeune garde européenne en est le porte-parole avec des artistes français comme Nicolas THOMAS ou Odö.
Dans ces mouvements figuratifs, certains travaux font appel à l’humour comme ceux de l’Australien Reg MOMBASSA. D’autres font le lien avec le street art comme les oeuvres du Chilien Victor CASTILLO ou de l’Américain Jeff SOTO, fidèle à la peinture « live » sur mur qu’il couvre de sujets oniriques et merveilleux.
Jean-Jack Queyranne, le Président de la Région Rhône-Alpes, s'est déclaré fier d’accueillir LES ENFANTS TERRIBLES sur Le Plateau. Ce nouvel espace d’exposition de 600 m² est situé au coeur du nouvel Hôtel de région. "Le travail de ces 13 artistes nous parle du monde d’aujourd’hui, sans concession et avec une grande sensibilité" a-t-il ajouté. 
G.R.
(redaction@LYonenFrance.com)
------------------
Lire la suite - BAC 2011 à Lyon : "Les enfants terribles", une expo. collective sur Le Plateau

Biennale, les rêvorateurs de Vaulx en Velin défilent en rose...

vendredi 27 août 2010

Le Grand défilé de la biennale de la danse est prévu à Lyon le 12 septembre 2010.

En "prélude", les habitants de Vaulx en Velin auront droit à "leur" défilé, sur le thème de  "la vie en rose", le samedi 4 septembre. Plus de 250 personnes, vaudais et fidésiens, réunis  autour de la chorégraphe Winship Coly et de l'équipe de Mediactif, ont choisi de créer "Envol'émoi", image symbolique de la recherche de la légèreté qui fait appel au cheminement de la pensée, depuis la raison jusqu'au rêve.

Une sorte d'élévation spirituelle et d'imagination du quotidien. 
Danseurs, musiciens, costumières, bricoleurs... se sont activés une année durant pour présenter un cortège qui s'ouvrira avec les rêvorateurs, des slameurs qui avancent avec un piège à rêves géant et scandent la légèreté dans la parole. Suivent les hip-hopeurs et les breakers, entre passages au sol et figures aériennes sur un char nuage au dégradé de rose, de blanc et d'argent.

Petits nuages en barbe à papa, enfants oiseaux qui distribuent des phrases-rêves, supers-zéros puis les filles du vent... tous dansent ce désir d'envol sur le rythme des tambours et la légèreté des clarinettes. La femme-oiseau aux mouvements venus d'Asie, perchée en haut de sa cage, danse vers la liberté, soutenue par des danseuses aux rubans, dans leur quête ascensionnelle.

Rendez-vous au centre commercial du Carré de Soie, samedi 4 septembre à 16h. Horaires: à 16h
Renseignements : : ab.espacecarco@mediactif.org

  http://www.wikio.fr Partager sur facebook




BlogBang
utiliser comme Page de Démarrage
Lire la suite - Biennale, les rêvorateurs de Vaulx en Velin défilent en rose...

Vidéo : derniers préparatifs pour la biennale d'art contemporain

samedi 12 septembre 2009

A Lyon, la biennale d'Art contemporain XXX (lire l'article de LYon-Panoramas) doit être inaugurée par Frédéric Mitterrand, ministre de la culture le mardi 15 septembre.
Pour Thierry Raspail, le fondateur des biennales, l'édition 2009 marque le début d'un nouveau cycle. Avec à sa tête un commissaire artiste, le chinois Hou Hanru, cette nouvelle édition promet de nous étonner en nous faisant entrer dans "le processus de la création".

La rue (Nicolas) Lebec

Le talentueux -et jeune- chef étoilé Nicolas Lebec est lui aussi fin prêt : il vient de terminer la transformation, dans le quartier de la Confluence, d'un ancien entrepôt des salins du midi en un immense restaurant. Ce très bel espace promet de devenir l'un des "poumons" de la biennale !
A deux pas de la Sucrière, l'un des principaux lieux d'exposition, et accessible par la saône, ce nouveau concept "d'art de vivre culinaire" permettra aux visiteurs pourront non seulement manger, boire, faire la fête, mais aussi acheter des fleurs, du "pain maison" ou des patisseries à emporter !





Teaser Biennale Art Contemporain 2009
par RECmag



cliquez ici
utiliser comme Page de Démarrage
Lire la suite - Vidéo : derniers préparatifs pour la biennale d'art contemporain

Art Contemporain, une biennale de Lyon XXX

vendredi 19 juin 2009

La Biennale de Lyon qui débutera le 16 septembre 2009 est placée cette année sous le signe du X.
Un X symbole non seulement de rencontre, mais aussi porteur d'utopies et de convergences, un X qui marque bien sûr le chiffre de la dixième édition et qui est décliné dans toute la communication de la biennale.
Le début d'une nouvelle "trilogie"
D'après le fondateur des biennales, Thierry Raspail, celles-ci ont toujours été organisées sous forme de "trilogies". Si les trois premières biennales étaient consacrées à l'Histoire, les trois suivantes à la Globalisation (avec l'avènement des écrans et de l'internet), la troisième "série" qui a pris fin en 2007 s'était plus intéressée à la Temporalité.
Le nouveau commissaire, le chinois Hou Hanru (voir son curriculum vitae dans LYon-Actualités) aura donc la difficile mission d'entamer une nouvelle série et d'inscrire ainsi sa programmation dans le temps. Sa volonté sera de démontrer que l'oeuvre d'art est "non seulement un objet mais aussi un processus". L'époque que nous vivons est sans doute marquée par la transition, l'instabilité et le dynamisme, des éléments de "brouillage" qui se traduisent par un bouillonnement reflété par l'art, et que l'on retrouvera à travers les oeuvres exposées.
Intitulée "le spectacle du quotidien", la biennale de Lyon 2009 promet donc d'être destabilisante, imaginative, mais ancrée tout de même dans la réalité. "Nous vivons dans la société du spectacle et nous sommes formatés par l'idéologie consumériste" écrit Hou HanRu. Dans cette société inclusive où il n'existe plus de "Non-dehors", "l'art contemporain et la culture peuvent retrouver leur rôle social de force critique et permettre à l'imagination de faire des propositions pour un avenir meilleur".
Cette année encore, la biennale se déroulera dans des lieux éclatés, entre le Musée d'Art Contemporain de la Cité Internationale et la Sucrière dans le quartier de la Confluence, la fondation Bullukian place Bellecour et un nouveau lieu peu connu des lyonnais, les entrepôts de la rue Bichat (dans la presqu'île).

Gérée par l'association des biennales, qui la réalise en alternance avec la biennale de la danse, cette biennale est devenue au fil du temps l'un des plus grands rendez-vous européens (et peut être internationaux) de l'art contemporain. Le Directeur Régional des Affaires Culturelles Alain Lombard, qui connait bien Hou HanRu et sa profonde connaissance du milieu (il a été commissaire d'expositions à Venise, Shanghaï, au Japon, à San Francisco ou encore à New York...), indiquait lors de la présentation à la presse que grâce à une très belle opération de communication lors de la biennale de Venise, tout le milieu de l'art contemporain attend avec intérêt cette nouvelle édition lyonnaise.

Rendre les quartiers sensibles "encore plus sensibles".

Reprenant un jeu de mot de l'ex- Maire de Vaulx en Velin André Charrier, le président du Grand Lyon Gérard Collomb a rappelé que cette biennale s'inscrit dans une démarche d'éducation et mise en relation des artistes avec des publics "éloignés" de l'art contemporain. C'est ainsi que dans le cadre du projet "Veduta", plusieurs artistes invités à la biennale ont entamé une "résidence" à Vaulx en Velin, Décines, Vénissieux, et Villeurbanne. Grâce entre autres aux financements de l'Europe (Feder) et de la Région Rhône-Alpes, ils proposeront avec des habitants de ces quartiers dits "sensibles" des représentations d'oeuvres mettant en scène leur manière "d'habiter l'art contemporain". Une manière de rappeler que "la sensibilité doit être considérée comme une valeur positive".

Gilles Roman

Les artistes invités de la biennale : Adel Abdessemed, Bani Abidi, Maria Thereza Alves, Fikret Atay, Bik Van der Pol, Pedro Cabrita Reis, Sophie Dejode et Bertrand Lacombe, Jimmie Durham, Latifa Echakhch, Mounir Fatmi, Dora Garcia, Shilpa Gupta, Ha Za Vu Zu, HeHe, Olivier Herring, Takahiro Iwasaki, Kuswidananto A.K.A. Jompet, Leopold Kessler, Ian Kiaer, Lee Mingwei, Mark Lewis, Michael Lin, Lin Yilin, Liu Qingyuan, Barry McGee, Robert Milin, Carlos Motta, Wangechi Mutu, Eko Nugroho, Adrian Paci, Dan Perjovschi, Société Réaliste, Olivier Ressler, Pedro Reyes, Rigo 23, Sarkis, Katerina Sed, Sarah Sze, Tsang Kinwah, un nous, Eulalia Valldosera, Agnes Varda, Wong Hay Cheong, Huang Yongping, Xijing Men, Yang Jiechang, Yangyang group et l'Ecole du Magasin.



utiliser comme Page de Démarrage
Lire la suite - Art Contemporain, une biennale de Lyon XXX

La biennale du Fort de Bron propose l'Odyssée de Homère

dimanche 31 mai 2009

Ce sera certainement l'événement théâtral de l'été 2009 ! Pour cette nouvelle biennale du Fort de Bron, le metteur en scène André Fornier a décidé de s'attaquer à l'Odyssée et à ses galleries de héros légendaires, de dieux, de monstres et de sirènes...


L'air marin flottera donc sur ce nouveau spectacle. Une odyssée théâtrale, mais aussi gourmande -comme c'est désormais l'habitude lors de cette biennale - et sonore puisque le luthier Philippe Destrem a fabriqué pour l'occasion toute une gamme d'instruments imaginaires, "mais qui auraient pu exister dans la grêce antique". Des instruments particulièrement originaux qui font partie intégrante du spectacle.

Le luthier Philippe Destrem a créé les instruments que le compositeur Didier Capeille manie de manière "insolite"

L'odyssée est la douzième mise en scène d'André Fornier au Fort de Bron. Après "Les mystères de Paris" d'Eugène Sue, "93" de Victor Hugo ou encore "Gargantua" de Rabelais, voici donc un nouveau spectacle déambulatoire, comme les lyonnais ont appris à les aimer : si la première édition avait réuni 1500 spectateurs, le bouche à oreille a depuis largement fonctionné et aujourd'hui la fréquentation s'envole : on attend plus de 15000 personnes entre le 12 juin et le 1er aout et 9000 places étaient déjà "prévendues" lors de la présentation à la presse le 29 mai dernier !
Durée du spectacle : 4 heures, repas compris, sur réservation uniquement. (voir le site internet ici)-



utiliser comme Page de Démarrage
Lire la suite - La biennale du Fort de Bron propose l'Odyssée de Homère

Photos du défilé de la biennale 2008 (Fin)

dimanche 14 septembre 2008

Et voici les dernières photographies du défilé de la biennale de la danse. Vous trouverez les autres parties ici : (1, 2, 3, 4) . 
Pour le confort des internautes et une meilleure rapidité de chargement, ces photos sont en basse résolution, ce qui en réduit la qualité mais donne tout de même une idée générale du défilé...





Lire la suite - Photos du défilé de la biennale 2008 (Fin)

 
 

Tourisme, voyages au départ de Lyon

 

LYFtv-Loisirs