Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du juillet, 2013

Benoît Poolvorde nous parle du "Grand Méchant Loup", de Nicolas Charlet avec Kad Merad et Fred Testot

Il était une fois trois frères qui vivaient heureux. Du moins le pensaient-ils. Un jour leur maman eut un accident. Alors Henri, Philippe et Louis se mirent à se questionner sur le sens de leur vie.  Une grande vague de doutes pour ces quarantenaires versaillais sans histoire, qui suffit à leur faire entrouvrir la porte à l'inédit, à l'interdit, à l'aventure... au Grand Méchant Loup!   De maison de paille en maison de bois, le loup aussi sexy soit-il, délogera-t-il nos trois frères ? Et l'hôtel particulier en pierre de taille de l'aîné, est-il vraiment si solide ? Et si au bout du compte la vie d'adulte n'était pas complètement un conte pour enfant ? 
LE GRAND MÉCHANT LOUP Date de sortie : 10/07/2013 Réalisé par Nicolas Charlet Avec Benoît Poelvoorde, Kad Merad, Fred Testot Long-métrage français / Genre : Comédie / Durée : 1h47min. Année de production : 2011 Distributeur : Mars Distribution

Roman Polanski et "la Vénus à la fourrure"

Seul dans un théâtre parisien après une journée passée à auditionner des comédiennes pour la pièce qu'il s'apprête à mettre en scène, Thomas se lamente au téléphone sur la piètre performance des candidates. Pas une n'a l'envergure requise pour tenir le rôle principal et il se prépare à partir lorsque Vanda surgit, véritable tourbillon d'énergie aussi débridée que délurée. Vanda incarne tout ce que Thomas déteste.  Elle est vulgaire, écervelée, et ne reculerait devant rien pour obtenir le rôle. Mais un peu contraint et forcé, Thomas la laisse tenter sa chance et c'est avec stupéfaction qu'il voit Vanda se métamorphoser. Non seulement elle s'est procuré des accessoires et des costumes, mais elle comprend parfaitement le personnage (dont elle porte par ailleurs le prénom) et connaît toutes les répliques par coeur.  Alors que l'« audition » se prolonge et redouble d'intensité, l'attraction de Thomas se mue en obsession...
LA VÉNUS À LA FOURRURE